Plume d'hiver

Une plume d'hiver, des plumes diverses

Entre chiens d’embauche

Si je gagnais le gros lot à l’Euromillions, je continuerais à postuler pour des emplois pour le seul plaisir de passer des entretiens d’embauche. Oui, ce qui est aujourd’hui un devoir deviendrait un plaisir, et je répondrais enfin honnêtement à toutes ces questions absurdes qu’on nous pose et auxquelles on se doit de mentir si on veut préserver une infime chance de décrocher le poste.

Prenons un candidat classique à un entretien. Face à lui, le tenant du titre : 15 ans d’expérience aux ressources humaines de la boîte, l’auto-satisfaction suintante, le derrière arrondi par un fauteuil en cuir qu’il est convaincu de ne jamais quitter.
Le candidat, c’est le challenger : pas de travail, pas de salaire, et la nécessité absolue de décrocher un job le plus vite possible, question de vie ou de précarité. Il transpire d’angoisse : il lui faut ce job. Il panique, mais il doit donner l’impression d’être cool et de gérer la situation, sans quoi il sera jugé comme « incapable de résister au stress » et recalé sans autre forme de procès.

Le combat commence. Le tenant du titre balance les questions comme autant d’uppercuts, que le challenger esquive comme il peut avec la grâce d’un danseur étoile.

– Pourquoi postuler chez nous ?
– Pourquoi estimez-vous être compétent pour ce poste ?
– Quelles sont vos attentes salariales ?
– Pourquoi avoir quitté votre précédent poste ?
– Quelle était votre relation avec votre précédent employeur ?
– Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans votre précédent travail ?
– Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Le combat se termine invariablement par une victoire du tenant du titre. Il restera lové dans son fauteuil confortable, le sourire aux lèvres, tandis que le challenger repartira la queue entre les jambes avec le sentiment d’avoir foiré dans les grandes largeurs. Ce qui, souvent, sera hélas le cas. Il ne lui restera plus qu’à panser ses plaies en attendant la prochaine convocation.

Reprenons les questions une à une, et analysons-les. Voyons ce que le recruteur attend de vous – et donc, ce que vous répondrez en croisant les doigts dans votre dos – et ce que vous répondriez si vous étiez sincère.

– Pourquoi postuler chez nous ?
Ce qu’on attend de vous : « Votre entreprise est un fleuron de l’industrie agroalimentaire/pharmaceutique/immobilière et j’adhère totalement à votre politique. Nos opinions dans ce domaine convergent et ce serait une immense fierté pour moi d’apporter ma modeste contribution à un édifice aussi prestigieux. »
Ce que vous aimeriez dire : « J’ai besoin d’argent et personne ne veut m’embaucher. »

– Pourquoi estimez-vous être compétent pour ce poste ?
Ce qu’on attend de vous : « Mes qualifications alliées à mon expérience professionnelle font de moi un atout majeur pour contribuer à améliorer vos services déjà très efficaces. »
Ce que vous aimeriez dire : « Euh. Je n’estime rien du tout, mais nécessité faisant loi, je ferai de mon mieux. »

– Quelles sont vos attentes salariales ?
Ce qu’on attend de vous : [insérer ici un salaire mensuel ridiculement bas qu’un mendiant gagne en une journée]
Ce que vous aimeriez dire : [insérer ici un salaire mensuel honteusement élevé digne d’un Ministre de machin-truc-bidule]

– Pourquoi avoir quitté votre précédent poste ?
Ce qu’on attend de vous : « Je ne me sentais pas épanoui dans mon précédent emploi et je veux relever de nouveaux défis pour donner le meilleur de moi-même. »
Ce que vous aimeriez dire : « On m’a viré / mon contrat n’a pas été renouvelé / Mon boss était un emm**deur vicieux et pervers. »

– Quelle était votre relation avec votre précédent employeur ?
Ce qu’on attend de vous : « Nous avons bâti une relation basée sur la confiance et l’estime mutuelle. Il m’a énormément apporté en tant qu’être humain mais aussi en tant que supérieur hiérarchique. Je suis fier d’avoir travaillé sous ses ordres. »
Ce que vous aimeriez dire : « C’était un ENC*LÉ !!! »

– Qu’est-ce qui vous a le plus plu dans votre précédent travail ?
Ce qu’on attend de vous : « Les défis à relever, le sentiment d’apporter une véritable amélioration au système déjà en place, la complicité entre collègues, l’enrichissement personnel qu’il m’a apporté. »
Ce que vous aimeriez dire : « Les congés ? »

– Où vous voyez-vous dans 10 ans ?
Ce qu’on attend de vous : « J’espère pouvoir faire mon chemin dans votre entreprise et prouver ma valeur, ma compétence et ma loyauté, me permettant ainsi de gravir les échelons tout en continuant à donner le meilleur de moi-même. » [oui, on reprend souvent les mêmes expressions au cours d’un entretien. Normal : dans l’état de stress où on est, quand on pense tenir le bout de la pelote, on ne le lâche pas !]
Ce que vous aimeriez dire : « Votre fauteuil a l’air confortable… mais celui de votre supérieur doit l’être encore plus. »

Bon, je sais ce qu’il me reste à faire. Jouer à l’Euromillions… ou continuer à mentir si bien aux recruteurs qu’on finira par m’engager.

Publicités

3 Commentaires

  1. Lo

    Hihihi j’ai bien rigolé.
    Tu as bien décris les entretiens et j’adore les « ce qu’on attend de vous » et « ce que vous aimeriez dire » mais tu sais quand on appréhende trop les questions en général l’entretien se passe mal. Mais c’est vrai qu’il faut tartiner et baratiner un max 🙂

    • L’ennui c’est que ces questions reviendront forcément sous une forme ou une autre. Avant le peu d’entretiens que j’ai passés, c’était plus fort que moi, j’imaginais déjà la manière dont la discussion allait se dérouler, la bonne manière de répondre aux questions etc. Les recruteurs doivent entendre les mêmes platitudes à longueur de journée…

      • Lo

        Justement ce qu’il cherche c’est l’originalité et voir comment tu réagis.
        Mais justement si tu peux anticiper les questions et l’entretien tu sais d’avance comment réagir et répondre et ça ce sont des points forts. Mais je comprends que c’est un peu énervant à la fin. ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :