Plume d'hiver

Une plume d'hiver, des plumes diverses

La saga du sans-emploi (III)

facepalm

(ou comment se louper grave, mais graaaave en entretien d’embauche)

Tout avait pourtant bien commencé.

C’était la suite d’un entretien passé il y a un mois, lequel s’était avéré plutôt prometteur. Déjà, y avait une suite – wouhouuu ! – mais en plus la recruteuse avait l’air très intéressée par mon profil. « Il vous faudra juste passer un test de réflexion avec notre CEO, tous les gens qui travaillent ici l’ont passé« . Dans ma tête, j’ai entendu : « On a décidé que ce serait vous, mais pour être sûrs que vous conviendrez et que vous n’êtes pas une demeurée totale on vous fait passer un p’tit test supplémentaire, rien de bien grave haha« .

J’aurais dû mieux écouter. Ce qui trottait dans ma tête n’était pas ce qui avait été dit.

Étape un : les préliminaires

J’arrive, sourire, bonjour, sourire, « voici le test, vous avez deux heures, ensuite le CEO discutera des résultats directement avec vous ». Je n’entrerai pas dans les détails mais en gros il s’agissait de compréhension à la lecture et d’analyse de texte. Du basique quoi.

Tellement basique que je suis relax. Je scribouille sur mes feuilles, je prends des notes, je suis toute fière de trouver des points d’analyse auxquels, je pense, personne n’aura pensé [je suis une coupeuse de cheveux en quatre]. Après une heure et 40 minutes, j’ai fini de noter et je relis distraitement le texte, au cas où un truc m’aurait échappé.

Étape deux : la confrontation

Le CEO me reçoit et j’entre tranquillement dans son bureau. Après tout, c’est une formalité ce test, non ? Et puis je ne suis pas la dernière des connes non plus, j’ai brillamment réussi des hautes études etc. etc.
(allez-y, jetez-moi des pierres pour confiance en soi abusive. Mais la positive attitude quoi ! La méthode Coué, toussa toussa !)

Sauf que.
Sauf que mon cerveau a subitement décidé de se mettre en grève, genre « le stress c’est mauvais pour moi ma fille, je ferme boutique, démerde-toi toute seule« . Et ce lâche m’abandonne devant un calcul qu’un gosse de 10 ans saurait résoudre : calculer un pourcentage.

L’oeil vitreux et les mains moites, je regarde les quelques malheureux chiffres étalés sur ma feuille et c’est le méga-trou noir qui engloutit toute capacité de réflexion sur son passage. Seul l’instinct de survie persiste : je dois réellement prendre sur moi pour ne pas m’enfuir en courant hors du bureau, de l’immeuble, de la ville, voire du pays. Et toujours cette pensée qui tourne en boucle « OMGOMGOMG il va me prendre pour une débile profonde la honte lahontelahontelahonte au secouuuurs alleeeeez réfléchiiiis » mais rien à faire, plus je bloque et plus je stresse et plus je bloque.

Histoire d’enfoncer le clou, je bafouille par deux fois « désolée, je suis stressée« . Au cas où il ne l’aurait pas remarqué hein.
(d’ailleurs je dis chapeau au CEO pour avoir gardé son calme face à moi. D’autres se seraient énervés pour moins que ça et j’ai énormément apprécié qu’il reste zen – contrairement à moi)

Il a fini par m’arracher péniblement la réponse et l’entretien a continué tant bien que mal, mais dans ma tête j’étais déjà partie.

3efc5bb9f3287b6a7a333445aa79356145b8c268614967f2bb29215b371d576e

Je ne sais pas ce qui est le pire.

  • Ne pas avoir le job*
  • Avoir le sentiment d’être une demeurée
  • Être passée pour une demeurée
  • Avoir déçu les recruteurs qui m’ont donné ma chance

* les pensées « il me faut ce job » et « qu’est-ce que je deviendrai si je ne l’ai pas ? » sont, à elles seules, responsables de 95% du problème. Trop de pression. Quand vous décrochez au maximum deux entretiens par an (juré !), chaque échec vous jette dans un puits de désespoir.

J’ai envie d’enfoncer leur porte et de crier que je ne suis pas une idiote, que je pourrais faire un excellent travail, que ce n’était qu’un stupide incident qui ne devrait pas porter à conséquence, qu’Excel calcule très bien les pourcentages, par pitié donnez-moi ma chance ; mais je sais très bien que ma cause est perdue définitivement et que je ne repostulerai jamais dans cette entreprise.

Je suis ma pire ennemie en entretien d’embauche.

Publicités

4 Commentaires

  1. Ce n’est jamais évident, ça… Quelles méthodes as-tu essayé pour minimiser au maximum ton stress?

    • Aucune, et surtout pas d’imaginer mon jury en sous-vêtements :p (vieux conseil d’une prof) Le problème c’est que j’arrive relativement détendue mais que ça me tombe dessus d’un coup pendant l’entretien. A partir de là, c’est trop tard, je me sens comme un étudiant qui a étudié tout son cours sauf un chapitre et qui se fait interroger sur celui-là. Et à vrai dire c’est souvent ce qui se passe, c’est lorsqu’on me pose une question à laquelle je ne peux pas répondre que je panique (dans le cas de l’article, c’était après m’avoir dit que je m’étais trompée dans mes calculs).
      Si tu as de bonnes méthodes à me conseiller, ça m’intéresse !

  2. Lo

    Ma pauvre… Je ne sais pas quoi te dire à part que tu aura ta chance et tu trouvera mais il faut que tu apprennes à gérer ton stresse … Oui c bien moi la grande stressée de la vie qui dit ça … Pour la part en entretien j’imagine le vide autour de moi et je respire en me focalisant sur un seul point face à moi. Après calculer un pourcentage est certes simple mais si tu es angoissée tout s’emballe dans ta tête et la moindre chose te perturbera même une mouche ! Alors ne t’en veux pas à toi même. Prends sur toi et dis toi que la prochaine fois ce sera pour toi même s’il faut être patiente. Qu’est ce que tu recherches comme poste ? 🙂
    Courage … Je pense à toi et croise les doigts pour toi ! 😉

    • Merci pour tes encouragements 🙂 Je cherche un peu dans tout ce qui est administratif et/ou scientifique, je ratisse large. J’aurai encore sûrement beaucoup d’anecdotes comme celle-ci à raconter lol !
      Donc si je comprends bien tu fixes un point précis devant toi quand tu as besoin de te concentrer, mais tu regardes le recruteur dans les yeux le reste du temps ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :